closefacebookgpluslinkedinmailphotosearchsharetwitterwhatsapp
Islamismo

Tunisia, le donne contro le aggressioni dei salafiti

“Dégage”

Les salafistes qui se sont rassemblés devant le campus universitaire de la Cité des sciences à l’Ariana (Tunis) utilisent le même slogan que celui utilisé par les révolutionnaires contre Ben Ali pour agresser verbalement les femmes qui arrivent au campus. Á l’intérieur de l’université se tient la réunion du forum universitaire pour décider de la conduite à tenir suite à l’agression des étudiantes et étudiants contre une enseignante qui ne porte pas le voile. Celui là n’est pas un cas isolé, le même sort à été réservé à une enseignante de l’université de Manouba. La salle de la Cité des sciences est au comble, la participation est réservée aux universitaires. Quand on cherche à monter dans un taxi qui vient de débarquer des barbus, le chauffeur pour refuser dit: « le taxi est en panne ! », puis part.

Par contre dans les autres villes, comme à Sousse et Nabeul, les salafistes veulent imposer aux étudiantes le niqab. « Comme ça on pourra même plus les reconnaître ! », nous dit Nadjia Neji, une enseignante de langues à Nabeul. Elle est venue à Tunis pour participer à une manifestation de lutte pour la défense des doits des femmes dans le cadre de la réforme constitutionnelle. Les femmes qui se retrouvent pour manifester à la place de la Kasbah, en face du palais du gouvernement, sont une centaine. Elles ne sont pas nombreuses « on devait être beaucoup plus, mais l’organisation de la manifestation a échoué», dit Latifa Bekky, enseignante de l’histoire de l’islam. Elle est donc très inquiète : « si pendant mes leçons je dis quelque chose qui ne plaît pas aux islamistes…. je vais avoir des problèmes».

La tension augmente à Tunis et l’appel diffusé par des femmes inconnues a quand même pu mobiliser des femmes. Mais les féministes s’interrogent sur les tenants et les aboutissants d’une telle action. Il faut donc être vigilante et méfiante, car l’instrumentalisation bat son plein en ce moment en Tunisie.

Mais ce qui frappe de plus à la place Kasbah, c’est l’agressivité des hommes et des jeunes qui regardent les femmes qui manifestent. Un d’eux montre une pauvre vieille femme toute voilée et dit : « celle-ci est la vraie femme tunisienne, vous n’êtes pas des tunisiennes ». Un des jeunes se bagarre avec une autre femme. Pourquoi cette bagarre ? « Elle est contre l’islam, elle est contre En-nahda » répond-il.

Et alors, lui demandais-je ? « Moi, j’ai voté En-nahda, c’est le seul parti qui défend les droits des hommes, ces femmes-là ne respectent pas les hommes, elles font ce qu’elles veulent, elles sont violentes » me rétorqua-t-il.

Le pauvre jeune homme ne sait pas comment se défendre !

scusate se uso questo pezzo che ho scritto in francese, ma spero sia comprensibile a tutti